Femme dans une voiture qui regarde le paysage par la fenêtre

gettyimages.fr

La Bretagne, c’est bien mais, pour beaucoup de Français, c’est loin. Pour s’y rendre, il faut bien compter 9h de route depuis le sud de la France. Pourtant, avoir un véhicule sur place est bien plus pratique pour visiter les différentes villes et paysages de la région. Nous vous expliquons tout ce qu’il faut savoir avant de vous lancer sur les routes, direction la Bretagne.

Le meilleur moyen de se rendre en Bretagne

Pour aller en Bretagne, le moyen le plus économique est souvent le train, tandis que le plus rapide est l’avion. Mais, l’un comme l’autre, ces moyens de transport ont un inconvénient handicapant : une fois sur place, vous ne pouvez pas vous déplacer à votre guise. Si vous optez pour l’une de ces solutions, prévoyez un budget pour louer un véhicule. Les compagnies de locations sont nombreuses aux abords des stations de train et des aéroports.

Finalement, le meilleur moyen d’aller en Bretagne reste la voiture. Alors, oui, le trajet est long et le budget essence / péages assez considérable, mais disposer d’un véhicule vous permet d’être autonome sur place. De plus, vous pouvez emmener toutes vos affaires dans le coffre, alors que le train ou l’avion vous oblige à vous contenter du strict nécessaire.

 

Gros plan sur un rétroviseur où l'on peut voir un embouteillage de voitures

gettyimages.fr

 

Les saisons de forte affluence en Bretagne

En été, La Bretagne est la région la plus visitée du nord de la France. Et, même si vous échappez au flot touristique insupportable de la côte méditerranéenne, le littoral atlantique devient lui aussi vite noir du monde. Cette affluence a évidemment un impact sur la circulation, qui est fortement ralentie à l’entrée et à la sortie des grandes villes ou des stations balnéaires.

En juin et juillet, le trafic à Nantes, Quimper, Brest, Concarneau ou Vannes est particulièrement dense. Record d’affluence à Saint-Malo où les touristes occupent les rues dès avril et jusqu’en octobre. Vous l’avez compris, vous n’échapperez pas à quelques embouteillages et ralentissements en haute saison.

La meilleure période pour aller en Bretagne en voiture reste les mois de mai et juin, alors que les écoliers n’ont pas de vacances. Evitez tout de même le pont de l’Ascension ; de nombreux Franciliens se dirigent sur la côte atlantique pour profiter d’un séjour au soleil. Les mois d’avril et de septembre sont également idéals pour découvrir les paysages bretons sans la masse de touristes mais, malheureusement, le temps n’est pas toujours au rendez-vous.

 

Vue aérienne du littoral breton avec une route qui serpente le long des falaises

gettyimages.fr

 

Le réseau routier breton

Les Bretons ont de la chance : toutes les voies express de Bretagne sont gratuites. Pour cette principale raison, de nombreux Français organisent un road trip dans la région, puisque l’essence est le seul élément sur l’addition finale.

La Bretagne n’échappe néanmoins pas aux radars, qui sont nombreux aux alentours de Nantes. Soyez prudent dans le département de la Loire-Atlantique, où le plus grand nombre de flashs a été enregistré en 2017. Pour plus de sécurité en terrain inconnu, gardez une concentration optimale et équipez-vous d’un GPS ou d’une application avec alerte de radars intégrée.

Sur le plan pratique, le réseau routier est très efficace : des routes de deux fois deux voies relient les grandes villes et les haut-lieux touristiques. Si le centre de la Bretagne est moins bien desservi, le littoral est quant à lui très bien aménagé. Il faut compter 3h20 de route entre Nantes et Brest, 2h50 entre Brest et Rennes et 2h20 entre Rennes et Quimper.

 

Finalement, aller en Bretagne en voiture, c’est le bon plan. En été, les embouteillages sont moins fréquents et denses que ceux des autoroutes du Sud. La gratuité du réseau est par ailleurs une bonne raison de partir sur les routes bretonnes, à la découverte des plus beaux paysages de France.